La CEDEAO suspend son pacte de convergence et repousse l’Eco

En marge de la conférence des chefs d’Etat, tenue le 23 janvier 2021 en mode virtuel, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a décidé de suspendre son pacte de convergence sur toute l’année 2021 en raison des dépenses exceptionnelles engagées par les Etats dans la lutte contre la pandémie Covid-19 en 2020 et des consequences prévisibles de la deuxième vague.

En 2020, le PIB de la région a accusé une récession de -1,7% en contraste avec les 3,9% de croissance enregistrés en 2019. Par ailleurs, de nombreux pays ont vu leurs comptes se dégrader à l’instar du Nigeria, puissance économique de l’Afrique de l’Ouest, avec 70% du PIB de la CEDEAO, qui affiche une inflation de 15% en 2020, selon son Bureau national des statistiques. La décision de la CEDEAO rejoint une mesure analogue prise au printemps 2020 par l’Union économique et monétaire oust-africaine (UEMOA), qui avait aussi mis en berne ses critères de convergence.

Par ailleurs, il convient de souligner que la conférence des chefs d’Etat a instruit la Commission de la CEDEAO, en collaboration avec l’Agence Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (IMAO), la Commission de l’UEMOA et les Banques Centrales de la Communauté de lui soumettre lors de la prochaine session ordinaire un projet de nouveau pacte de convergence et de stabilité macroéconomique avec le 1er janvier 2022 comme ….. retrouvez la suite sur: http://news.aniamey.com/h/101586.html


Covid-19: les chercheurs africains se préoccupent de la santé publique

En vue d’apporter un appui à la riposte contre le coronavirus, les chercheurs et scientifiques en matière de santé ont émis le souhait, le 28 janvier, d’élaborer des stratégies africaines de la lutte contre la pandémie en Afrique centrale à l’issue du congrès international sur le thème « Recherche et Covid-19 en Afrique centrale ».En vue d’apporter un appui à la riposte contre le coronavirus, les chercheurs et scientifiques en matière de santé ont émis le souhait, le 28 janvier, d’élaborer des stratégies africaines de la lutte contre la pandémie en Afrique centrale à l’issue du congrès international sur le thème « Recherche et Covid-19 en Afrique centrale ».

En effet, les experts en santé ont demandé aux Etats et gouvernements africains de renforcer la coopération sud-sud et de mutualiser les ressources africaines.

Parmi les doléances formulées figurent la réalisation des essais cliniques randomisés multicentriques avec la collaboration des scientifiques et des chercheurs des différents pays. Ils demandent également de garantir l’accès universel de tous aux masques, moyens d’intervention et bien d’autres.

Le congrès a réuni du 25 au 28 janvier, les chercheurs venus du Rwanda, du Burkina Faso, de l’Algérie, la République démocratique du Congo et du Congo, pays hôte.

Le congrès international africain a permis aux experts d’échanger les expériences sur plusieurs thèmes différents en présentiel et en visioconférence, explique le communiqué final des travaux lu par Etienne Mokondji Mobé.

Les communications ont porté, entre autres, sur l’épidémiologie et le Covid-19, les aspects cliniques du Covid-19, les aspects thérapeutiques, la pharmacopée et le Covid-19.

En ce qui concerne les panels sur le vaccin et le Covid-19, poursuit-il, l’intérêt du vaccin contre le Covid-19, le choix du vaccin, l’apparition du mutant, le vaccin utile et son co-efficacité ainsi que la couverture flexible des populations a été au centre des communications.

Le président du comité scientifique, le Pr. Benjamin Longo-Mbenza, Lire la suite sur https://www.adiac-congo.com/content/covid-19-les-chercheurs-africains-se-preoccupent-de-la-sante-publique-123818


Togo: les parlementaires mobilisés pour relever le défi de la faim

Les députés nationaux ont entamé jeudi à Lomé un forum sur le genre et les investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire. Le forum  entre dans le cadre des activités du Réseau des parlementaires de la CEDEAO, soutenu par la FAO, l’Institut international pour le développement durable (IISD), OXFAM et Women in Law in Africa (WILDAF). Les travaux ont été présidés par Chantal Yawa Tsegan en présence du ministre togolais en charge de l’agriculture. Il est question de relever le défi « Faim Zero » au Togo.

 

Selon les dernières estimations en matière de sécurité alimentaire, 250 millions de personnes sous-alimentées en Afrique, soit 19,1 pour cent de sa population. Ce taux deux fois plus supérieurs à ceux de l’Asie, de l’Amérique latine et des Caraïbes pourrait s’augmenter dans les jours à venir  à cause de la pandémie à coronavirus.

Un forum est ouvert jeudi à Lomé à la suite de ce constat. Il a pour but de renforcer les capacités de la Représentation nationale en vue d’accroitre la connaissance sur les outils nécessaires pour s’engager dans l’élaboration des législations et des politiques qui contribuent à l’égalité des hommes et des femmes, et à l’autonomisation des femmes dans le secteur agricole, rural et familial, afin d’accélérer les progrès vers les objectifs de la Faim Zéro et du développement durable.

Au cours des travaux, les participants aborderont les droits fonciers des femmes et les investissements agricoles responsables liés à l’agriculture familiale.  Sans oublier la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

 

A l’ouverture, Yawa Tsegan a rappelé que l’assemblée nationale dispose d’une opportunité privilégiée lui  permettant d’interagir avec le gouvernement pour renforcer les cadres juridiques existants en vue d’un meilleur accès à la terre.

« En tant qu’élus, nous avons le devoir de contribuer aux côtés ….. Lire la suite sur https://togobreakingnews.info/politique/item/6847-togo-les-parlementaires-mobilises-pour-relever-le-defi-de-la-faim


Développement industriel : le Ministre Souleymane Diarrassouba procède à l’inauguration de l’usine de la Société de ciment de Côte d’Ivoire

Le Ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba, a procédé à l’inauguration de l’usine de la Société de ciment de Côte d’Ivoire, le jeudi 28 janvier 2021, à la zone industrielle PK 24 Akoupé-Zeudji. Une occasion de plus pour lui de réaffirmer l’ambition du Président Alassane Ouattara d’accélérer la transformation structurelle de l’économie ivoirienne par l’industrialisation.

« Dans le cadre de la réalisation de cette ambition, le Gouvernement du Premier Ministre Hamed Bakayoko, a mis en œuvre d’importantes réformes structurelles et sectorielles qui ont contribué à créer un environnement institutionnel, réglementaire et juridique favorable pour accompagner le secteur privé », a-t-il fait remarquer avant d’ajouter que d’importants efforts ont été déployés par le Gouvernement dans le domaine des infrastructures socio-économiques pour améliorer la compétitivité de l’économie.

Le Ministre Souleymane Diarrassouba a poursuivi pour rappeler que le Plan National de Développement (PND 2021-2025), en cours de validation, consacre l’industrie comme pilier essentiel de la transformation structurelle de l’économie ivoirienne, avec désormais un Etat chef d’orchestre qui consacrera plus de ressources aux secteurs productifs.

Pour ce qui concerne le secteur du ciment, il a souligné que le Gouvernement a mis à la disposition des industriels une superficie de 59 hectares en cours d’aménagement à la zone industrielle d’Akoupé-Zeudji PK 24. Ce qui offre aux cimentiers un cadre propice à leur activité. « La surveillance de la qualité du ciment produit localement reste en vigueur et nous travaillons avec les professionnels et Codinorm pour l’utilisation d’intrants locaux dans la fabrication du ciment en vue d’améliorer la compétitivité des industriels du ciment », a mentionné le Ministre en charge de l’Industrie….pour lire la suite https://news.abidjan.net/h/686954.html


Ghana: 13 universités désormais couvertes par l’Internet sans fil gratuit

Le vice-président Mahamudu Bawumia a inauguré l’Internet sans fil gratuit pour les universités publiques le 20 novembre 2020. 13 d’entre elles en bénéficient déjà. Réalisé par la Société d’électricité du Ghana, le réseau a coûté 11 millions USD. Il sera bientôt étendu à 722 lycées et 46 collèges publics.

Treize universités publiques du Ghana bénéficient depuis le 20 novembre 2020 de l’accès à Internet sans fil gratuit. Il s’agit de l’université du Ghana ; l’Université des études professionnelles ; l’université de Cape Coast ; l’université des sciences et technologies Kwame Nkrumah, l’Institut de journalisme du Ghana (GIJ), l’Institut ghanéen de gestion et d’administration publique.

Les étudiants de l’université de l’éducation de Winneba ; l’université de la santé et des sciences connexes de Ho ; l’université des mines et de la technologie de Tarkwa ; l’Université maritime régionale ; l’Institut des langues du Ghana ; l’Institut national du cinéma et de la télévision et le Collège universitaire de technologie du Ghana en bénéficient aussi.

Bientôt, l’université de l’énergie et des ressources naturelles de Sunyani ; l’université des études de développement de Tamale et les universités techniques publiques et les écoles d’infirmières seront aussi connectées…..

Retrouvez l’intégralité de l’article sur https://www.agenceecofin.com/gestion-publique/2311-82746-ghana-13-universites-desormais-couvertes-par-linternet-sans-fil-gratuit


La Cédéao tourne le dos à l’Algérie

«J’ai rencontré mon frère Geoffrey Onyeama (le ministre nigérian des Affaires étrangères, ndlr) à Abuja. Nous avons eu des discussions fructueuses sur le renforcement des relations bilatérales et la mise en oeuvre de projets stratégiques en cours de développement, notamment l’autoroute transsaharienne Lagos-Alger, le pipeline transsaharien et le câble à fibre optique», a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, après sa rencontre avec son homologue nigérian. Via ce déplacement, l’Algérie voulait relancer le vieux projet du gazoduc Nigeria-Algérie via le Niger. En vain puisque la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(Cédéao), dont le Nigeria est un membre influent et qui dispose des plus grandes réserves de gaz du continent, a décidé lors d’une réunion tenue à Ouagadougou (Burkina Faso)….
Retrouvez la suite de l’article sur http://www.lexpressiondz.com/chroniques/de-quoi-jme-mele/la-cedeao-tourne-le-dos-a-l-algerie-319718

 

La revue du RAS n°2

REVUE R.A.S. N°2 AUTOMNE 2020

Le 21ème siècle, ère du numérique, de l’innovation, des modèles alternatifs mais aussi des grands défis, nous offre la possibilité de combattre les inégalités et d’amorcer un développement durable pour notre continent.
C’est fort de cette conviction que le Réseau Afrique Stratégies est né.

Depuis son lancement, à Sciences Po-Paris, en janvier 2017, le Réseau a déjà évolué, mais garde sa vocation, qui est d’être un laboratoire d’idées pour penser une Afrique qui bouge.

Parmi nos tribunes, nous comptons la REVUE AFRIQUE STRATÉGIES, comme moyen de diffuser une vision pour l’Afrique : une Afrique créatrice, productrice, innovante et gouvernante.

Ce second numéro de la revue Afrique Stratégies, est un moment opportun de s’interroger sur l’avenir des relations entre l’Afrique et le reste du monde en général, la relation Chino-Africaine en particulier.
Il est aussi question de se saisir de cette opportunité pour aborder, dans un contexte de transition mondiale, les enjeux de la transformation de l’Etat et des politiques publiques en Afrique.